samedi 21 avril 2018

Qu’est-ce qu’un enfant?

Le pape François a partagé, lors d’une audience générale, une réflexion stimulante sur ce que sont les enfants, quelle est leur importance dans la vie de la famille et de la société.
 
Il affirme qu’il y a « un lien étroit entre l’espérance d’un peuple et l’harmonie entre les générations. » La joie des enfants fait palpiter le cœur des parents, des grands-parents, et ouvre l’avenir de la famille et de la société. Les enfants « ne sont pas un problème de biologie reproductive, ni l’une des nombreuses façons de se réaliser. Ils ne sont pas davantage une possession des parents. Non. Les enfants sont un don, ils sont un cadeau. »
 
Chaque enfant est unique et irremplaçable. Et il est lié à ses racines. « Être fils et fille, en effet, selon le dessein de Dieu, signifie porter en soi la mémoire et l’espérance d’un amour qu’il a réalisé lui-même en allumant la vie d’un autre être humain, original et neuf. »
 
Le pape affirme avec force que chaque enfant est différent. Et il évoque un souvenir familial. « Je me souviens de ma maman qui disait de nous — nous étions cinq — : “Mais moi j’ai cinq enfants”. Quand on lui demandait : “Lequel préfères-tu?”, elle répondait : “J’ai cinq enfants, comme cinq doigts. [Le Pape montre les doigts de la main] Si on me frappe sur celui-là, ça me fait mal; si on me frappe sur cet autre-là, ça me fait mal. Ils me font mal tous les cinq. Ce sont tous mes enfants, mais ils sont tous différents comme les doigts d’une main”. Et c’est ainsi qu’est la famille! Les enfants sont différents, mais tous sont des enfants. »
 
Et il continue avec cette réflexion : « On aime un enfant parce qu’il est un enfant : non pas parce qu’il est beau, ou parce qu’il est comme ci ou comme ça; non, parce que c’est un enfant! Non pas parce qu’il pense comme moi, ou qu’il incarne mes désirs. Un enfant est un enfant : une vie générée par nous mais qui lui est destinée à lui, à son bien, au bien de la famille, de la société, de l’humanité entière. »
 
Un lien positif entre les générations est une garantie d’avenir et d’une histoire vraiment humaine. « Si une famille riche d’enfants est regardée comme si elle était un poids, il y a quelque chose qui ne va pas! » La génération des enfants doit être responsable. Mais avoir plus d’enfants ne peut pas automatiquement être vu comme un choix irresponsable. « La vie rajeunit et acquiert de l’énergie en se multipliant : elle s’enrichit, elle ne s’appauvrit pas! »
 
Et le pape résume sa vision de la vie humaine : « Il y a dans la multiplication des générations un mystère d’enrichissement de la vie de tous, qui vient de Dieu lui-même. » Et il termine : « Et je vous dis : comme il beau, lorsque je passe parmi vous, de voir les papas et les mamans qui portent leurs enfants afin qu’ils soient bénis; c’est un geste presque divin. Merci de le faire! »
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(37e texte d’une série sur La joie de l’amour)

samedi 14 avril 2018

Poser des questions... pour devenir témoins

Luc 24,35-48
Dimanche 15 avril 2018
3e dimanche de Pâques
L’origine de l’univers, l’existence de Dieu
 
Le lundi de Pâques au soir, alors que nous étions à prendre le repas en famille, mes filles se sont misent à poser des questions sur l’origine de l’existence de Dieu et l’origine de l’univers. Des questions assez sérieuses pour le congé pascal. Nous avions possiblement mangé trop de chocolat!
 
En fait, les questions existentielles ne sont pas nouvelles et elles se posent pour chaque génération. C’est dans la nature humaine de se poser des questions. Les disciples et les Apôtres se posaient bien des questions au lendemain de la mort de Jésus et de sa disparition du tombeau. Ils ne croyaient pas ce que les femmes avaient vu en se rendant au tombeau et ce que les disciples avaient vécu sur le chemin d’Emmaüs. Oui, il est parfois difficile de croire.
 
L’évangile de ce dimanche nous raconte tous ce que Jésus a dû faire pour que les Apôtres en arrivent à le reconnaître et à le croire. « Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi! Touchez-moi, regardez-moi : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. » Mais Jésus se fait rassurant et les invite à la confiance en leur rappelant les écritures et en leur donnant sans tarder une mission : « À vous d’en être les témoins ».
 
René Laprise
Diacre permanent
 
(Ce texte a d’abord été publié dans la chronique Échos de la Parole sur le site Internet de l'Office de catéchèse du Québec)

vendredi 13 avril 2018

Les finalistes dans la catégorie "livres religieux"

De tous les livres reçus par Communications et Société suite à l'appel lancé auprès des éditeurs, cinq finalistes ont été retenus. Le Jury déterminera parmi ceux ci quel sera le récipiendaire du Prix littéraire de Communications et Société dans la catégorie "livre religieux". Mon récent livre Il nous aima jusqu'au bout, paru chez Médiaspaul, est l'un des cinq finalistes. Je tiens à remercier Communications et Société pour cette marque de reconnaissance.

samedi 7 avril 2018

Le nombre d’enfants pour un couple?

Nous vivons dans une société qui entretient une mentalité antinataliste. Le taux de natalité se situe bien en deçà du taux de remplacement. Ce qui risque de conduire non seulement à un appauvrissement économique, mais à une perte d’espérance et de confiance en l’avenir (par. 10).
 
Le pape François a rappelé les enseignements de Paul VI sur le don de la vie à des enfants. L'amour conjugal exige des époux une conscience de leur mission de « paternité responsable ». Une telle paternité implique « que les conjoints reconnaissent pleinement leurs devoirs envers Dieu, envers eux-mêmes, envers la famille et envers la société, dans une juste hiérarchie des valeurs. » (par. 10) Il faut toujours savoir respecter la dignité de la personne dans l’évaluation morale des méthodes de régulation des naissances. Et à la fin, la décision d’espacer les naissances sera le résultat « d’un dialogue consensuel entre les époux. » (par. 222)
 
Retenons cette conclusion du pape François : « Les familles nombreuses sont une joie pour l’Église. En elles, l’amour exprime sa généreuse fécondité. Ceci n’implique pas d’oublier la saine mise en garde de saint Jean-Paul II, lorsqu’il expliquait que la paternité responsable n’est pas une “procréation illimitée ou un manque de conscience de ce qui est engagé dans l'éducation des enfants, mais plutôt la possibilité donnée aux couples d'user de leur liberté inviolable de manière sage et responsable, en prenant en compte les réalités sociales et démographiques aussi bien que leur propre situation et leurs désirs légitimes”. » (par. 167)
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(36e texte d’une série sur La joie de l’amour)