dimanche 12 novembre 2017

L’amour pardonne

Aimer, c’est ne pas être rancunier. Ce qui exige un cœur simple qui refuse l’aigreur et pousse à toujours reprendre des relations confiantes avec les autres, quoi qu’il arrive. Au contraire, les mauvais sentiments entretenus finissent par pénétrer les entrailles et gâcher la vie de relations avec les autres. On prend note du mal qui nous est fait, on le comptabilise, on le rumine.
 
« Généralement la tendance, c’est de chercher toujours plus de fautes, d’imaginer toujours plus de méchanceté, de supposer toutes sortes de mauvaises intentions, de sorte que la rancœur s’accroît progressivement et s’enracine. De cette manière, toute erreur ou chute du conjoint peut porter atteinte au lien amoureux et à la stabilité de la famille. Le problème est que parfois on donne la même gravité à tout, avec le risque de devenir impitoyable devant toute erreur de l’autre. La juste revendication de ses propres droits devient une soif de vengeance persistante et constante plus qu’une saine défense de la dignité personnelle. » (Pape François, La joie de l’amour, par. 105)
 
Le contraire de la rancune, c’est le pardon, qui conduit à ne pas enregistrer le mal qu’on nous fait. L’amour oublie au fur et à mesure ce qui blesse. Le cœur est alors libéré des tentations de concevoir toutes sortes de machinations, de complot pour se venger. Voilà le cœur libre pour aimer vraiment! Pardonner, c’est essayer de comprendre la faiblesse d’autrui et chercher à trouver des excuses à l’autre personne. Le modèle est Jésus en croix : « Père, pardonne-leur : ils ne savent ce qu'ils font. » (Luc 23, 34)
 
Pour y suivre Jésus sont exigées une ouverture du cœur, de la tolérance, une recherche incessante de réconciliation. « Aucune famille n'ignore combien l'égoïsme, les dissensions, les tensions, les conflits font violence à la communion familiale et peuvent même parfois l'anéantir : c'est là que trouvent leur origine les multiples et diverses formes de division dans la vie familiale. » (Pape François)
 
Pour parvenir à pardonner dans le couple ou la famille, il faut d’abord en venir à nous pardonner nous-mêmes. « Il faut prier avec sa propre histoire, s’accepter soi-même, savoir cohabiter avec ses propres limites, y compris se pardonner, pour pouvoir avoir cette même attitude envers les autres. »
 
Cela suppose aussi l’expérience d’être pardonné par Dieu, qui donne toujours une nouvelle chance, promeut et stimule. « Si nous acceptons que l’amour de Dieu est inconditionnel, que la tendresse du Père n’est ni à acheter ni à payer, alors nous pourrons aimer par-dessus tout, pardonner aux autres, même quand ils ont été injustes contre nous. Autrement, notre vie en famille cessera d’être un lieu de compréhension, d’accompagnement et de stimulation; et elle sera un espace de tension permanente et de châtiment mutuel. »
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(18e texte d’une série sur La joie de l’amour)

samedi 4 novembre 2017

L’amour n’est pas chicanier

La personne qui aime en vérité est bâtisseuse de paix, de vie harmonieuse dans le couple, la famille, la communauté. Ce qui exige de savoir contrôler ses humeurs et de garder la mesure. Car mille détails peuvent nous irriter, nous rendre acides, aiguisés, pointus. Tant de choses de la vie quotidienne avec les autres nous excitent, nous provoquent, même parfois nous exaspèrent! Sans un amour fort, la fièvre monte, une violence intérieure se déchaîne, l’animosité s’exacerbe. Ce qui peut conduire à des désastres dans la communauté, qu’elle soit petite ou grande.
 
Le pape François analyse cette attitude en notant qu’il s’agit d’une « action intérieure d’indignation provoquée par quelque chose d’extérieur. Il s’agit d’une violence interne, d’une irritation dissimulée qui nous met sur la défensive devant les autres, comme s’ils étaient des ennemis gênants qu’il faut éviter. Alimenter cette agressivité intime ne sert à rien. Cela ne fait que nous rendre malades et finit par nous isoler. L’indignation est saine lorsqu’elle nous porte à réagir devant une grave injustice, mais elle est nuisible quand elle tend à imprégner toutes nos attitudes devant les autres. » (La joie de l’amour, par. 103)
 
Sentir la force de l’agressivité qui jaillit de nos entrailles est une chose, la laisser devenir explosion de colère en est une autre. Elle devient alors une source de querelles, de chicanes, de destruction autour de nous. Il faut y reconnaître une grande tentation, contre laquelle s. Paul nous met en garde encore aujourd’hui. « Si vous êtes en colère, ne tombez pas dans le péché; que le soleil ne se couche pas sur votre colère. » (Éphésiens 4,26)
 
Aussi faut-il ne jamais terminer la journée sans faire la paix en famille. « Et comment dois-je faire la paix? Me mettre à genoux? Non! Seulement un petit geste, une petite chose et l’harmonie familiale revient. Une caresse suffit, sans [rien dire]. Mais ne jamais finir la journée sans faire la paix ». (Pape François)
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(17e texte d’une série sur La joie de l’amour)