jeudi 12 octobre 2017

L’amour ne se gonfle pas d’orgueil

Un amour humble, ouvert, simple est un bon ciment dans un couple et dans une famille. Il manifeste une douceur et une bonté de cœur envers les autres.
 
Au contraire, la personne qui s’enfle et se rengorge devant son conjoint ou ses enfants fait une œuvre destructrice, qui ébranle la maison qu’elle devrait construire.
 
L’amour vrai et solide se met avec respect au niveau de l’autre. Il est simple. Il rejette la vanité et tout ce qui porterait à se donner des airs importants. Sinon, cet amour devient désagréable : il repousse au lieu d’attirer.
 
Il s’agit donc de ne pas s’en faire accroire, de ne pas se remplir de vent, de ne pas se laisser aller à des enflures dans les relations matrimoniales et familiales, comme pour toutes les relations dans diverses communautés.
 
Le pape François (dans La joie de l’amour par. 97) a commenté : « L’amour n’est pas arrogant. » La personne qui aime vraiment ne se grandit pas devant les autres. « Certains se croient grands parce qu’ils sont plus instruits que les autres, et ils s’appliquent à être exigeants envers eux et à les contrôler; alors qu’en réalité ce qui nous grandit, c’est l’amour qui comprend, protège, sert de rempart au faible, qui nous rend grands. »
 
Les conseils de Paul au sujet des critères qui doivent guider dans le choix d’un responsable de communauté sont éclairants. Car les parents sont bien les responsables de cette première cellule d’Église qu’est la famille. Paul donc écrit :
 
« Le responsable doit être […] ni buveur ni brutal, mais bienveillant, ni querelleur ni cupide. […] Il ne doit pas être un nouveau converti; sinon, aveuglé par l’orgueil, il pourrait tomber sous la même condamnation que le diable. » (1Timothée 3, 2-6) Le diable, c’est celui qui divise, qui déchire, qui détruit, qui jette méfiance et haine partout où il agit.
 
Oui, qui aime ne doit pas s’en faire accroire ni s’enfler d’orgueil!
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(14e texte d’une série sur La joie de l’amour)

samedi 7 octobre 2017

L’amour ne se vante pas

L’amour ne fanfaronne pas. Il ne manque pas de tact ni de mesure. Il élimine de la vie les paroles arrogantes, inconsidérées, qu’il s’agisse de frivolités ou d’insolence.
 
Le vantard est importun, offensant, outrancier. Il provoque le trouble. Son comportement est agressif. Ainsi, il détruit ce que l’amour doit construire dans le couple, la famille ou une communauté. Il rend toute coopération impossible avec l’autre, que ce soit le conjoint, un enfant, un voisin. La personne qui passe son temps à dire : « C’est moi qui… », est un casse-pieds. Tout ce qui est bluff et goût de paraître est un obstacle à l’amour vrai.
 
Le pape François note qu’il s’agit de « la gloriole, le désir de se montrer supérieur pour impressionner les autres par une attitude pédante et quelque peu agressive. Celui qui aime, non seulement évite de parler trop de lui-même, mais en plus parce qu’il est centré sur les autres, il sait se mettre à sa place sans prétendre être au centre. » (La joie de l’amour, par. 97)
 
Ce chemin qui permet à l’amour de bâtir couple, famille, communauté, nous est admirablement tracé par s. Paul : « S’il est vrai que, dans le Christ, on se réconforte les uns les autres, si l’on s’encourage avec amour, si l’on est en communion dans l’Esprit, si l’on a de la tendresse et de la compassion, alors, pour que ma joie soit complète, ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments ; recherchez l’unité. Ne soyez jamais intrigants ni vaniteux, mais ayez assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts ; pensez aussi à ceux des autres. Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus » (aux Philippiens, 2,1-5)
 
Le modèle de l’amour et de l’humilité est bien le Jésus que nous le présentent les évangiles.
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(13e texte d’une série sur La joie de l’amour)

dimanche 1 octobre 2017

Invitation pour le lancement de mon livre

C’est avec joie que je vous invite au lancement de mon livre, dont le titre est : Il nous aima jusqu’au bout (Médiaspaul). Il s’agit d’une lecture méditée du testament de Jésus (Jean ch. 13 à 17) pour en recueillir la richesse de vie, d’amitié, d’espérance, d’élan vers l’avenir, comme autant de pistes sur nos chemins d’aujourd’hui. Son lancement aura lieu le 6 octobre, à 19 h, à la cathédrale Saint-Joseph au 245, boul. St-Joseph (secteur Hull), porte 4. Stationnement disponible derrière l'église. Toutes et tous sont les bienvenus.
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau

samedi 23 septembre 2017

L’amour n’est ni jaloux ni envieux

L’amour est ce qu’il y a de plus efficace au service de l’unité du couple et de la famille. Or, la jalousie, avec toutes ses mesquineries, s’y oppose radicalement. Amour et envie se contredisent.
 
Car l’amour parle de bonheur et l’envie parle de tristesse.
 
L’amour appelle le respect qui facilite les relations, cimente l’union, alors que la jalousie sépare et insiste sur ce qui divise. L’envie pour sa part refuse les inégalités et le respect des richesses de l’autre.
 
Les fruits de la jalousie envieuse sont l’animosité, la colère, les querelles de toutes sortes. L’amour au contraire est douceur et générosité.
 
L’histoire de Caïn et Abel montre que cette jalousie envieuse empoisonne les relations humaines et conduit à la destruction, même au meurtre.
 
Le livre des Actes des Apôtres (17, 1-8) donne un exemple de ce que produit la jalousie dans une communauté, de la plus petite à la plus grande. Paul prêchait avec succès Jésus ressuscité. « Mais les Juifs, pris de jalousie, ramassèrent sur la place publique quelques vauriens; ayant provoqué des attroupements, ils semaient le trouble dans la ville. »

« L’envie est une tristesse à cause du bien d’autrui, qui montre que le bonheur des autres ne nous intéresse pas, car nous sommes exclusivement concentrés sur notre propre bien-être. Alors que l’amour nous fait sortir de nous-mêmes, l’envie nous porte à nous centrer sur notre moi. Le véritable amour valorise les succès d’autrui, il ne les sent pas comme une menace, et il se libère du goût amer de l’envie. Il accepte que chacun ait des dons différents et divers chemins dans la vie. Il permet donc de découvrir son propre chemin pour être heureux, permettant que les autres trouvent le leur. » (pape François, La joie de l’amour par. 96) Et il ajoute : « L’amour nous porte à un sentiment de valorisation de chaque être humain, en reconnaissant son droit au bonheur. »
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(12e texte d’une série sur La joie de l’amour)

vendredi 15 septembre 2017

L’amour rend service

Au cœur de la croissance, de la consolidation, de l’approfondissement du couple et de la famille, il y a l’amour qui rend service avec bonté et persévérance. Il s’agit d’un amour actif, efficace, disponible pour soutenir et aider les membres de la famille.
 
Cet état d’âme est complexe. On y voit de la bienveillance envers l’autre, de l’affabilité, du bon cœur, de la générosité. On parle aussi de ce service qu’est l’accueil de l’autre avec délicatesse et tendresse, sachant écouter, comprendre, avoir compassion et aider de son mieux. L’amour qui se rend utile aide avec le sourire. Aimer entretient la joie et le bien-vivre ensemble. C’est ainsi que l’amour vrai se manifeste, se prouve.
 
Le pape François (La joie de l’amour, par. 93-94) insiste sur le fait que l’amour conjugal et familial, comme tout amour, n’est pas une attitude passive. Il exige une activité, « une réaction dynamique et créative face aux autres. » L’amour ainsi vécu bénéficie aux autres, promeut leur bien. Il est juste de parler d’un « amour serviable ». La personne qui aime ainsi fait du bien aux autres autour d’elle. Comme disait saint Ignace de Loyola, « l’amour doit se mettre plus dans les œuvres que dans les paroles ».
 
Et le pape de conclure : l’amour « peut montrer ainsi toute sa fécondité, et il nous permet d’expérimenter le bonheur de donner, la noblesse et la grandeur de se donner pleinement, sans mesurer, gratuitement, pour le seul plaisir de donner et de servir. »
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(11e texte d’une série sur La joie de l’amour)

dimanche 10 septembre 2017

L’amour prend patience

Cette qualité nécessaire dans la vie familiale consiste à être lent à la colère. Le pape François commente, dans La joie de l’amour par. 91-92: « Cela se révèle quand la personne ne se laisse pas mener par les impulsions et évite d’agresser. »  Il s’agit de tenir bon et avec douceur pour supporter les autres ou les événements qui nous énervent.
 
Une telle attitude est faite à la fois de douceur, de force d’âme, d’humilité. Elle est le fruit de la paix, de la tranquillité intérieure. Elle ignore les lamentations, la susceptibilité, l’aigreur des relations dans le couple et dans la famille. Elle est en somme le fruit d’un grand cœur. Mais elle ne signifie pas de permettre qu’on nous maltraite en permanence, ni de tolérer les agressions physiques, ni de permettre qu’on nous traite comme des objets.
 
Le problème survient lorsque nous exigeons que les personnes soient parfaites;  ou bien quand nous nous mettons au centre et espérons que notre seule volonté s’accomplisse. Le résultat est alors que « tout nous impatiente, tout nous porte à réagir avec agressivité. Si nous ne cultivons pas la patience, nous aurons toujours des excuses pour répondre avec colère, et en fin de compte nous deviendrons des personnes qui ne savent pas cohabiter, antisociales et incapables de refréner les pulsions, et la famille se convertira en champ de bataille. » (Pape François)
 
Ce qui fortifie la patience, c’est de reconnaître « que l’autre aussi a le droit de vivre sur cette terre près de moi, tel qu’il est. Peu importe qu’il soit pour moi un fardeau, qu’il contrarie mes plans, qu’il me dérange par sa manière d’être ou par ses idées, qu’il ne soit pas tout ce que j’espérais. » L’amour est compréhension et compassion qui portent « à accepter l’autre comme une partie de ce monde, même quand il agit autrement que je l’aurais désiré. »
 
Rappelons l’exhortation de saint Paul qui donne le motif chrétien pour une telle patience : « Amertume, irritation, colère, éclats de voix ou insultes, tout cela doit être éliminé de votre vie, ainsi que toute espèce de méchanceté. Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ. » (Éphésiens, 4, 31-32)
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(10e texte d’une série sur La joie de l’amour)

mardi 5 septembre 2017

Nécessité de l’amour dans le couple et la famille

Saint Paul (1 Corinthiens 13, 1-13) a fortement insisté sur la nécessité de l’amour à la base et comme moteur de toute vie chrétienne. Cet enseignement est essentiel pour ce qui concerne la construction et l’affermissement du couple et de la famille.
 
Nous employons comme équivalents les termes « amour » et « charité ». Ces deux mots sont très dévalorisés aujourd’hui. L’amour est réduit à un sentiment vague et passager. La charité est comprise comme une condescendance envers l’autre. Il faut retrouver la vérité et par le fait même la nécessité de l’amour-charité dans la vie quotidienne.
 
L’amour est la réalité fondamentale du couple et de la famille. C’est la plus grande valeur, l’unique absolument nécessaire. C’est elle qui assure la construction du couple et de la famille. Elle est la base et le moteur de sa fécondité et de son rayonnement.
 
Certes, bien d’autres attitudes sont utiles, souvent nécessaires pour qu’un couple se forme solidement, pour qu’une famille se développe dans l’harmonie et le respect mutuel de ses membres. Mais sans l’amour, tous ces autres talents finissent par ne servir à rien. Ils ne permettent pas d’atteindre le but recherché : construire une communauté de vie et d’amour soutenant l’estime mutuelle et l’épanouissement de ses membres.
 
Il ne faut jamais cesser de désirer, de chercher, de pratiquer l’amour, de le rendre actif dans le foyer. Car l’amour est ce qu’il y a de plus efficace et de plus complet dans le service de l’unité et de l’épanouissement de la vie.
 
On peut donc affirmer qu’aimer est la règle d’or sur laquelle tabler, se mesurer pour construire un milieu de vie épanouissant. On y comprend alors que, par exemple, parler sans être animé par l’amour peut détruire les relations qui doivent unifier les membres de la communauté familiale. Ou encore, quelqu’un pourrait se tuer à travailler pour sa famille. Sans amour, le résultat sera nul. Car seul l’amour peut donner courage et fidélité jusqu’au bout dans le don de soi à l’autre.
 
Aussi, le pape François a pu écrire dans La joie de l’amour (par. 89) : « Nous ne pourrions pas encourager un chemin de fidélité et de don réciproque si nous ne stimulions pas la croissance, la consolidation et l’approfondissement de l’amour conjugal et familial. »
 
Mais cet amour, quel est-il? Comment se montre-t-il? Par quels actes se manifeste-t-il dans sa vérité? C’est ce que nous verrons dans les prochains textes.
 
† Roger Ébacher
Évêque émérite de Gatineau
(9e texte d’une série sur La joie de l’amour)